Responsive image
 

Bulletin SAF 1905


Télécharger le bulletin 1905

Note sur l’occupation militaire de l’Armorique par les Romains (suite)

M. Jourdan de la Passardière

Avertissement : ce texte provient d'une reconnaissance optique de caractères (OCR). Il n'y a pas de mise en page et les erreurs de reconnaissance sont fréquentes

Société Archéologique du Finistère - SAF 1905 tome 32 - Pages 124 à 134

VII
NOTE
sur l'occupation militaire de l'Armorique par les Romains
(suite),

§ III. Is.
La légende de la ville d' Is a plus d'ampleur; elle donne
même une date le temps du roi Grallon -- date peu précise il
est vrai, mais t.outefois suffisante pour la portée de ce travail.

Ce n'est cependant. qu'ùne légende: les documents écrits
font défaut

car l'on ne peut faire entrer en ligne comme tel
l~ texte de l'anonyme de Rarenne qui cite la ville' de Chris.
La baUade populaire qui raconte la- submersion de la capi­
tale du roi Grallon est dans toutes les mémoires, et l'on
connaît bien aussi le lai de Marie de France intitulé

Graalon meur .
Plus tard, Le Baud, d'Argentré, le chanoine Moreau, le

P. Albert le Grand pour ne parler que des anciens
écrivains nous ont transmis, telle que leurs contempo- .
rains la conservaient, la tradition relative à la disparition
d'Is (1).

(1) L'abbé Peyron a publié (Bull. L XV) un éloge de la Bl'elngne au XV·
sit'cle dnns Icquell'auleUl', conlemporain de le Baud est éle\'é à la même
école élymologique, pnrle ainsi de la ville d'Is.Ys quondam civilas: pecu­
liari nature maris invidid sine ullo fine aviditati indulgenlis : nuncexcis­
Sllm et occupatum non sat fuerat occanum alioquin tranquillum et
pacalum eam par'lem aucla immanitate abstulisse; non irrupsisse fraclis
et aVlllsis montibus ni majora absorbuis~el quam reliquel'il spnc:a cœgisset
que di1Iusius lunarem alvenm, ni Gobeum pronontorium exundanli impe-
lui reslitisset. .

« Et dit l'on rapporte Le Baud que encores en ap-
l( pièrent ses vestiges sur la rive de celle mer, qui, de l'an­
« cien nom de la cité, est jusques à maintenant appelée Ys. »
« Encores aujourd'hui, dit d'Argentré les habitants
« montrent les ruynes et le reste des murailles si bien
« cymelltées, que la mer n'a pu les emporter~ )) ,
Moreau nous raconte qu'il eut en 1585, à Paris, une con­
versation avec le savant professeur Gourmelen, dont il apprit

qu' « il se tl'OuY'e encore aujourd'hui des personnes aneien-
« nes, qui osent bien asseurer qu'aux basse'3 marées, esta nt

« à la pesche, y avoir souvent vu de vieilles maseures de
« murailles. »
Albert le Grand précise (vie de saint Guénolé) : « la ville
« était située entre le cap de Fontenay et la pointe de
« Croazon, où de présent est le golfe ou baye de Douarne-

« nez. »

Le Pelletier croit qu'elle était « sur le bord de la baye Je
« Douarnenez et à fleur d'eau de haute mer, »
Enfin Cambry dit qu'on a troùvé sur la pointe de la
Chèvl'e des ruines anciennes, et que c'est là, suivant la tra­
dition qu'était'la superbe ville d'Iso
Quant aux auteurs modernes leur apport sur la question
d'ls, consiste en l'énumération des nombreux vestiges de
l'époque gallo-romaine que l'on rencontre sur tout le pour­
tour de la baie de Douarnenez.

L'état de nos connaissances sur la submersion d'ls a d'ail-
leurs été exposé avec de très amples détails par M. Bizeul

dans l'étude qu'il a-lue en 1850, au congrès de Morlaix, sur

les Osismii : il n'y a rien à y ajouter.
Voici le diagramme d'un certain nombre des voies conver­
geant sur Is :

f26

I. ROUTE MILITAIRE DE PORSLIOGAN AIS,
CIVITAS AQUILONIA ET CONCARNEAU .

La première partie ùe cette ronte a été déjà donnée, entre Pors­
liogan ct Is. (V. ~ 2 Voie n° 7). Le prolongement de cette voie
passp par Civitas Aquilonia et se dinge par Moguerou et Cavardy
sur Concarneau; l'axe passe à 0.5 Est de celte ville, au Passage.
Nous .donnons ci-après la .sccünde partie, entre 1s et Civitas
Aquilonia
II. ROUTE MILITAIRE DE CIVITAS AQUILm'HA AIS.
NOMS
DES STATIONS
Coordonnées
CD kilomètres
U'g à l'O.
sur
de de
l'ale
l'ne l'ue

Civilas Aquilo-
nia. . . . . . . . . . . 0 o o

Kercas tel. . . . . . . 3.i 0 1. 7

OBSERV A'l'IONS
La voie traverse
Loc-Maria.
l'Odet au gué de

'l'y al' porastel. 3.5 0 0.5 A 3.6 et 0.5 château de Pratanroz,
fief féodal important.
Dourguen...... 5.2 0 0.5
Cruguellic. . . . .. W. 7 0 0.3

Keroustillic . . .. 16.6 0

A H et + 2.1 'l'ourguengat.
A ~3.7 et + 0.2 le Juch, en breton al'
ieur, fief féodal important .

Tregoezel . . . . . 7.8 0 1.4 Camp. A i9.9 et + 0.2 Plomarch, où
M. Bizeul indique un palais du roi
Grallon (Osismii p, 55), a 20.8 et + O.t
lt~ Guet.
Ile Tristan ..... 21.2 0 0.1 Oppidum; restes gaulois et romains.

Is ............... 27.5 0 0 Dans la baie de Douarnenez .

127

III. - ROUTE MILITAIRE DE CONDATE (RENNES) AIS.

NOMS
~oorJonnées
en kilomHres
au N. auS.
DES STATIONS
sur de de

l'ne l'aie l'au
Rennes .. , .. . .. . 0
Pont sur le

FIume.......... 6.8 0.2 0
LaMotte ....... 7.1 0.8 0
La Chaussée ... \ 7.2 0.1 0
La Motte du
Rheu ........... 8.3 0
Là Motte au
Vicomte ....... . 8.3 0
La Tertrais .... . 10.6 0.2

Le Tertre ...... . [6.8 0.3 0
Le Chatellier. .. 18
Le Tertre ....... 25.2

Le Chatel.. ..... 26.5
Le Tertre rond. 26.5
0.4 0

o Le ChateL...... 29.9 0
Le Tertr.e ..... " 34
Les Chatelets ... 34
La Motte ....... 3i

GaeL ........... iO.4 0.9 0

La Touraille... !l.4 0 0.7
Le Tertre ....... 62.6 0.3 0
Torquily ...... , 65.4 2 0
La Fosse ....... 69.4 0 0.2

Torlan .......... \ 73.5 0 1.2
La Chèze ..... ,.1i'3.8 0.3 0
La Motte aux
lou ps ........ . 0.2 0
Magoe t ......... . 0.3
76.4
76.8 0
o Mogoary.. . . . . .. n 0.1
La Motte
loups ........ . .1 0 0.8
Croixanvec.. ... .5 0.6 0
Ty château ..... 88.7 0.8 0

OBSERVATIONS

Passage du Meu.
Commande la rive opposée.

Contre le pont Guillet sur le Meu.
Chatellenie très anciemie, connue
dèg les premiers temps de l'histoire
de Bretagne.
Entre la Touraille
·lacune.
Passage du Nunon,
Trinité.
et le Tertre,

rivière de la
Chatellenie, démembrement
comte de Porhoet.

ROUTE MILITAIRE DE CONDATE (RENNES) A IS (SUITE ).
NOMS
DES STATIONS
Q ucstely ...... .
Loge de 1'01'-
10 ra y .......... .
Torloray .... ' ..
MangoaI' .... .. .. .
Le Maugoéro .. .
Coatarsqueul .. .
Magoirec ...... .
Camp romain ..
Le Manégoar .. .
Tourlaouen .... .
Magdeleine . ....

ourln ........ .
La Motte ...... .
Rozanteurec ... .
Coatplincoat .. .
Coordonnees
en kilomètres

au ri . au ~.

de de
l'ale
raIe raIe

ril.5 0.4 0
9·1.5 0 0

100.6 0
iU;1.6 0
109.5 0
109.6 0
116.4 1
12\.5 0

126.8 0 0.1
137 0.4 0
143.4 0 0
146 0.4 0
147.5 0 1.5
152.6 0 0
Castel rufel..... 154 0.3 0
'l'yan Teurec.. 154.1l 0 0.5
Laz ........ ' ..... 160.7 0 O. 1
Camp de Tu-
da val ........... 161.5 0 o 5
Tor al' hoat .... 165.8 0.4 0
Moguerou ...... 166 .3 0 O.:::
Torayeun....... 172.5 0.2 0
Tourbanal.. . . . . 1 i9
Cos voguer. . . ... 183
Lanzent ........ 190;3

'l'yan guer ..... 193
Crète de Ste·
Anne la Palue. 193
Is ............... 203
0.6 0
0.4 0

0.6 0

OBSERV ATIONS

Entre les deux, le Clandy à 104., et

. Camp romain de 75 50 mètres.

Au nord à 127.5 ét + !.6 Touroute;
à i27.8 et + 2 Magoar, au croisement
des voies Quimper Corseul et Nantes
Tolcnte. A 138.4 etOGuermenrChrist.

Autrefois juridiction royale réunie
à Carhaix au XVI- siècle.
A 145.2 et + O.l~ le Guermeur.
Camp rectangulaire de 50 40
mètres.

Motte à enceinte .

IV. ROUTE MILITAIRE DE CORSEUL A IS
PAR CARHAIX ET CHATEAULIN (A PARTIR DE CARHAIX)
NOMS
Coordonoées
en kilomètres
au II. au S,
sur de de
DES STATIONS
l'axe rue l'au

Carhaix '....... 0 o o

Chateaugal..... 9.5 0.5 0
Keroinou . . . . . . . .1
Moguer ... ' ...... 32.5
Chateaulin. . . .. 39.7
'for ar menez.. 49.2
Camp .......... .
Rivagedela

0.5 0
1.4 0
0.5 0
1.7 0
2.4 0

OBSERVATIONS

L'axe vient en ligne droite de Cor-'
seul. '
Il est probable que our éviter de
haix et C ateaulin la voie devait
s'écarter un peu de l'axe, et se diril$'er
tangentiellement à l'avant derniere
boucle, afin de traverser la r.ivière une
seule fois à Chateaulin.
Par suite de cette déviation elle
devait passer exactement par Chateau­
gal et par Moguer, puis par Chateaulin.

Tou t près dé Goulet an quel'.
V. ' - ROUTE MILITAIRE DE CASTEL PAOL AIS.
, NOMS
Coordonoées
en kilomtlns
DES STATIONS
sur
l'au
Castel Paol ;... 0
Cozmoguer .... 8.2
Lann al' marcb. .5
Kerouman ... ,. 11. 5
Castel Coatan-
à l'IL à l'O.
de de
1'318 l'ax8

0.6 0

garz .......... 11.6 0
Quillivouden ... 17.9 0

Moulin du Cha-
teL ........... 22.4
Camp dela Mar-
tYl"e . . . . . . . . . . . 3
Castel an Roué. .1
Cos Castel . . . . . .8
Stangar Voguer .6
'for ar c'hleuz . i5
Landevennec. . 8.4
Leznoc ........ .
Rosmadec..... . .4
Is ........ ;" ....... 67:4
0.8 0

OBSERVATIONS

Intersection 'de la voie de Tolente à
Con date (Rennes.)

BULLETIN ARCHÉOL. DU FINISTÈRE. - TOME XXXII (Mémoires) 9

VI. ROUTE MILITAIRE DE TOLENTE A IS PAR BREST
Coordonuees
NOMS
en kilolDèlré~

il l'K. i! l'O.
OBSERVATIONS
' DES STATIONS
sur
de de

l'ne l'au
l'ale

l'olente .. . . . . . . . 0

o 0 On a précédemment donné la partie
de cette voie comprise entre l'olente

Brest ........... 26.8 0 o
L'Ile-Ronde .... .2 0 0

Lanvéoc....... .8 '0 0

Keroumen ...... 2. i { J. 0
Château de l'Ile
Laber ........ 44.5 0 0

5/. 0 0

et Brest. V. § 1, n° L
Au sortir de Brest la voie plonge
dans la rade.

Après avoir passé par la poste de
l'Ile-Ronde. elle en sort au Castellum
de Lanvéoc contre la fortification mo­
derne de cette pointe.
Elle traverse la presqu'ile de Cro-
zon, en passant il peu de distance de
Keroumen.

Elle plonge de nouveau, cette fois
dans la baie de Douarnenez. au CaStel-
lum de l'Ile Laber et atteint Is.

VIT.
. BOUTE MILITAIRE DE VANNES AIS,
PAR QUIMPERLÉ. '

L'étude de cette voie nous entraînerait dans des dévelop-
pements trop considérables; il suffira d'indiquer qu'elle
sort de la baie de Douarnenez à 9.6 d'Is, en passant entre
'deux c!lmps l'un à 1 k. HU sud, l'autre, celui de Tremalouen,

à 0.5 au Nord.

A 16 . . 5 elle laisse le camp de Locronan à 0.7 au Nord .
A 30.3 elle passe à 0,5 de Gougastel.
Et à 30.7 elle passe à 0.2 au sudde Moguéric:
A 48.1 elle rencontre la borne d'Elliant dont les inscrip-

'tion,s ont été piquées.
A. 70 elle laisse Quimperlé à 1.7 dans l'ouest

Si l'on jette un coup d'œil sur la carte qui reproduit le
tracé de ces divers diagrammes, il est impossible de ne pas

être frappé de leur convergence remarquable vers le point
indiqué par la tradition; le recoupement des trois axes Port.z­
liogan-Is-Civitas Aquilonia, Tolente-Brest-Is, Condate-Js,
est particulièrement probant.
Il en est de l'existence d' [s comme de celle de Portzliogan ;
les conséquences sont les mêmes: l'existence d'Is entraîne
un relèvement des fonds sous marins d'une importance de
25 à 30 mètres au dessus des basses mers.
Le relèvement de la baie de Douarnenez présente en outre
cette particularité, qu'il amène l'émersion totale de la chaus­
sée de Sein, et la réunion de cette île au continent. Il ne reste

plus alors d'autre île en face du littoral armoricain que l'île
d'Ouessant, qui s'identifie par suite avec la Sena de Pompo­
nius Mela (42 après J .-C.): « Sena in Britannico mari Osis­
miacis adversa littoribus. »
On est donc fondé à admettre que les côtes de l'Armorique
affectaient au temps de l'occupation romaine une forme toute
différente de celle que les géographesnous indiquent aujour­
d'hui; c'est là une considération qui permet d'assigner sur le
continent émergé, une position rationnelle au Gesocribate de
la carte de Peutinger (1). Cette station terminus trouve sa

(1) On sait que la carle de Peut'inger est une carte manuscrite composée
de 11 segmenLs, que possède le hofbibliothek de Vienne, où l'on en vend des
photographies. Elle doit son nom à Conrad Peutingel:, d'Augsbourg, qui l'a­
theta, vers 1507, par l'entremise de Com'ad Meissel, lequel l'avait découverte
à Worms en 149't. On considère celte carte comme la copie d'un document
remontant à l'époque romaine, copie qu'on attribue au Moine de Colmar,
personnage anonyme sur lequel on ne possède aucun autre renseignement.
L'écriture permet de dater la copie du XIIIe siècle.

La dernière édition française est due à Me Desjardins qui en a repris l'ana­
lyse dans sa géographie de la Gaule. Ce savant par une critique judicieuse,
y reconnaît au fond une œuvre primitive datant de l'époque d'Auguste, peut-

.place dans une crique de la côte Nord du Promontorium (;0-

bamm~ et presque à son extrémité, sur la circonférence dé-
ceite de Vorgium (Carhaix) comme centre, avec un rayon de
100 kilomètres (45 lieues gauloises), à son intersection par
les d8ux voies Civitas Aquilonia-Is-Portzliogan et Condate
(Rennes) - borne de Mael Carhaix-Brest.
Ainsi se vérifient, avec une concol'dance satisfaisante, les
distances indiquées dat1s le document précité, d'étape à étape,
entre Gesocribate et Vannes .

Gesocribate ......... .
Vorgium (Carhaix) ... .
Sulim (camp retranché
de la Conarde) .. . .. .
Dartoritum( Vannes) .. .

Lieues uaulois6S
da Z k. 223
lIL!2 "

Soit en lie U6S Dis la
carte en
Le 4 k. liaues fiO

131/4
111/4

131/[1
113/4

être la repl'oJuction de l'OrlJis pictus d'Aggripa, qui se voyait sous la por­
tique aehevé par les ol'dres de Paulla, sa sœur, Sur ce fond ancien se sont
entées des corrections successives quïl aLtribue aux époques des Antonins,
des Constanlins, de Théodose,de Justinien, et enfin du moine de Colmar.
La forme de la carte de Peutingct', (env iron om80 de lon gue ur sur Om3!! de
hauteur), l'aplatissement voulu des contours géographiqu es pour donner à
toutes les routes, une direction à peu près parallèle, l'aIIul'e schématique
des tracés, toutes ces conditions pal'aissent en' fail'e un itinérai re cle poche.
Toutefois son inexactitude topographique ne permet pas de supposer qu'elle
ait été dressée clans un but stratégique: elle paraît pluLôt avoir été destinée
à fournirà un haut fonctionnaire Ïes renseignements d'ensemble qui peuvent
être nécessaires à un personnage qui joue un rôle important dans les aliaires
de l'Etat.
Les l'eprodllctions de la cal"le de Peutinge1' sont un document qn'il est assez,
difficile de se ]J1"ocure}' ; il n'est donc ]Jas sans intérêt d'en donne}' ici un aperçu
à l'échelle réduite que comporte le bulletin. Cette I "éduction est empruntée cl
Bergier (H'· des gl"ands chemins de l'Empù" e Romain, Ed

de 1728j ; le I"em­
placement d! l'éc}'itUl'e gothique Pal" des caractères plus mouel"nes permet de
se rendre suffisamment compte de l' œuvre du moine ûe Colmar, clans la J)(ll"l ie
qui se rapporte ri notre région.

mBa

Z !;.arlumuCl

;.;; mgr=-, ·

Carte de peutinger.

N ~ In c

l1 l#'I"
I vhvlI"'.f1(l

adurc.i .
XX:C:WI. ·
aUC1

I/QjJ,

;:J./;r1"""

434 .,.- ,

On aura terminé cette étude, si l'on ajoute que les poin­
tages qui lui ont servi de base font ressortir sur la carte, ja­
lonnées par des postes militaires,la: plupart des voies qui in té-

ressaient l'intercommunication des cités bretonnes, entre
autres celles dont il est question dans les vies légendaires des
sa, ints qu~ ont évangélisé le pays. On citera particulièrement
la route d'Ouessant à Lannion, qui passait par la borne de

~scao et le bac de la Corde.
Enfin, on ajoutera qu'une découverte toute récente con­
firme, dans une mesure qui n'est pas négligeable, les vues
d'ensemble que l'on vient'd'exposer.
Au mois de juin 1904, pendant le forage d'un puits exécuté
à Landerneau dans les dépendances de l'ancienne filature: le
trépan a traversé,sous une couche J'argile d'environ 15 mètres
de puissance, un banc de sables marins de 1m~o d'épaisseul'.
Ces sables sont chlorurés, quartzeux, non micacés, très cal­
caires et contiennent des débris de coquilles marines (car

ditim, turritella). Ils reposent sur des schistes bleus injectés de
veines de quartz. ' '

Voilà donc le témoignage d'un affaissement de 15 mètr- es
dans la vallée de l'Elorn, en un point qui, d'ailleurs était at-

teint par le flot de mars, avant l'exécution du barrage néces-
sité par la création du moulin de Landerneau.
J. DE LA PASSARDIÈHE.

ERRATUM
P. 204 du Bull. Arch., t. XXXI' (note 2) : au lieu de
Mercador, lire Mercator.
P. 207 : route de Pontus val à Portzliogan, ajouter Cruguel
à 39 km. O· 0 : motte retranchée contre le bourg de
Lamber.

P. 213 (ligne 20) : après émerger, ajouter à marée bassa.

357 ' -

DE'UXIEME PARTIE

Table des mémoires et documents publiés en 1905

III

VII
VII bis

VIIl

l'AGES
Excursion dans la commune de Ploujean par
M. LOUIS LE GUENNEC ........ ; . . . . . .. . ... . 3

Vagabonds de Basse-Bretagne au XVIII" Siècle
. par M. l'abbé ANTOINE F AVÉ . .............. . '. M5
Le Prieuré de Saint-Tutuarn ou de l'Ile Tristan
près de Douarnenez, par M. BOURDÈ DE LA
ROG ERIE ......... " ... ............... ; i8,148, 206

Nou velle décou verte (dé substructions et d'objets
de l'époque romaine) faite à Carhaix par M. P. DU
CHATELLIER . . . ............................ .
Campagne d'Islande sur le Château-Renaud
(1890), extrait du livre de bord de M. le Com-
mandant MARTIN (planche) ................. .
Toponymie de la Montagne d'Arrée par
M. CAMILLE V ALLAUX (carte) ............... .
Note sur l'occupation militaire de l'Armorique
par les Romains (suite) : IS par M. JOURDAN
DE LA P ASSARDlÈRE /3 cartes} ..... , ........ .

Une campagne de huit jours, récit d'un général
et d'armes de la Sénéchaussée de Lesneven en
1766, par M. J'abbt'> ANTOINE FAvÉ ......... ' .
Trois vases en argent découverts à Plovan (Fi-

nistère), par M. P. DU CHATELLIER (planche).
Les chapelles du Cap-Sizun (suite) : La cloche de
Monsieur SaincVrhey, par M. H. LE CARGUET.
Les Eglises et Chapelles du diocèse de Quimper
(suite) ; doyennés de Lesneven et de Plabennec,
par M. le chanoine PEYRON .................
Les peintures de la chapelle de la Madeleine à
Pont-}, Abbé, par 1\1. le chanoine'AsGRALL.. . .. ,

114

124
135

164
169
183
201

XII

XIlI
XIV

Le prieuré de Saint-Tutuarn ou de l'île Tristan
(suite: voirN°I), par M. BOURDE DE LA ROGERIE.
Les combattants bretons de la guerre améri-
caine, pa~' M. H. DE KERGUlFFINAN-FuRIc .....
Monument.mégalithique et "Coffret à Penfoënnec
en Elliant, par M. DE VILLIERS DU TERRAGE
PAGES
206

(planche) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273
XV La famille de La Tour d'Auvergne-Corret, par
M. J. TRÉVÉDY. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 280; 346

XVI La misère et les miséreux au Minihy de Léon:
San tee, par M. l'Abbé A. FA vÉ ............ 304

XVII Le prieuré de Saint-Tutuarn ou de. l'île Tristan
(suite: voir N° 1 et XII), par M. BOURDE DE
LA ROGERIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... 330

XVIII La famille de La Tour d'Auvergne-Corret, (suite,
voir N° XV), par M. J TRÉVÉDY............ .346

FIN

Quimper. ' Imprimerie A. Leprince